Home
1043874_526181147429802_1447087848_n

Jean Martin Fortier, Les Jardins de la Grelinette, Saint Armand, Québéc.

 

Si le métier d’agriculteur n’a pas été l’un des plus valorisé ces dernières années, voilà un nouveau modèle agricole qui semble développer de plus en plus de vocations dans l’agriculture.

Les micro-fermes sont des exploitations biologiques sur petite surface, il faut entendre par là de moins d’un hectare : une surface d’exploitation à taille plus humaine utilisant un minimum d’énergies fossiles, ni intrants chimiques, ni pesticides tout en dégageant de substantielles marges permettant de retirer un revenu décent. Cette nouvelle perspective professionnelle séduit de plus en plus en France mais aussi au quatre coins du monde.

La ferme Four Seasons Farm, Maine, Etats-Unis.

 

10369108_690761874305061_5710616544419053782_n

La ferme Les jardins de la Grelinette, Saint Armand, Québec, Canada.

L’avantage de cette nouvelle typologie réside dans sa densité. La dimension des exploitations et les techniques de production sont adaptées. Basées sur une culture durable, les méthodes employées permettent d’intensifier la production tout en portant une attention particulière au sol et à sa qualité. Ici, le terme «intensifier» ne doit pas être associé à l’agriculture industrielle intensive, qui se base sur une utilisation massive d’intrants chimiques.

Si en terme de production maraichère des résultats concrets ont été apportés, le fait d’arriver aujourd’hui à produire sur de petites surfaces ouvre potentiellement de nombreuses perspectives. Il est désormais concrètement possible pour des maraîchers de s’installer en zones urbaines et/ou péri-urbaines, là où il est souvent difficilement envisageable de disposer de plus d’un ou de deux hectares.

Ainsi, cette diminution des surfaces cultivées permettrait de re-naturer des espaces, de recréer des biotopes variés et favoriser une biodiversité. 

Cette proximité entre agriculteur et consommateur favorise les échanges permettant ainsi d’offrir des produits frais et locaux en ville, tout en apportant une réponse à la problématique de la sécurité alimentaire. 

Les Jardins de la Grelinette au marché Saint lambert, Québéc.

Les Jardins de la Grelinette au marché Saint lambert, Québéc.

Si en France nous en sommes actuellement au stade de la recherche, ailleurs, certains comme J.Martin Fortier ou encore E. Coleman ont prouvé la faisabilité d’un tel système et dans des conditions climatiques bien moins propice que les nôtres. Certains d’entre nous se sont lancés dans l’expérience et nous font bénéficier de leur avancement. N’hésitez pas à lire les rapports de la Ferme du Bec Hellouin, mais aussi les données transmises par le réseau des Fermes d’avenir.

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s